Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la pointe St Mathieu à pied

la pointe St Mathieu à pied

Voyage à pied réflexion pédestre carnet de route méditation la vie difficultés souvenirs plaisir

Carnet de Route N° 27

D.R.

 

 

Carnet de Route

N° 27

 

 

 

 

 

 

Il a beaucoup plu cette nuit,  j’ en déduis que cela devrait être sec, dans la journée. Peut-être même ensoleillé qui sait ? Départ de Esnandes, la tente est trempée, le soleil se lève et je suis juste en face de lui pour la moitié du trajet. Complètement aveuglé, j’ en arrive à rouler au pas, et manque de peu de me mettre dans un fossé. Est- ce dû à mes yeux ou au pare-brise sur-teint é ?

La voiture qui me suivait, me double et roule au moins à 60 Km / h.

Je n’ essaie pas de la suivre.

A toute petite vitesse, j’ arrive enfin à Marans. Il pleut. Mon topo-guide voudrait me faire suivre cette même route.

Mais il n’ y a même pas de piste cyclable pour la doubler ! Au fou ! Même à bicyclette cela ne présente aucun intérêt et en plus c’ est très dangereux. Qui a fait ce topo-guide ?

Pas question pour moi, en tout cas ! Voyons, qu’ y a t-il d’ autre ?

Et si je suivais le canal de La Rochelle ? Ce sera forcément mieux. Allez, je reviens sur La Rochelle. Une route coupe ce canal. Ce sera une petite journée, mais pourquoi pas ? Et puis il pleut.

Il n’ y aura pas de soleil aujourd’hui ! Arrivé sur place, c’ est parfait, je fais mon sac et prend un parapluie, 10 mn après il tombe des seaux d’ eau. Mon parapluie est grand et en bon état. La piste est large la plupart du temps bien entretenue. Très peu de circulation.

Il me semble que j’ avance assez rapidement. J ‘ arrive à un croisement de 2 canaux à angle droit.

C ‘ est particulier, le fil d’ eau est le même, alors l’ un des canaux est équipé d‘ écluses. J’ imagine que l’ un de ces canal va à la mer et que les écluses sont fermées en fonction des marées.

Pas de pécheurs, quelques ouvriers qui nettoient le canal. Je suis seul en fait.

Très agréable cette promenade, et puis il y a des mures partout. C ‘ est ici qu’ il faut venir faire les confitures.

Je voudrais bien me reposer, mais tout est mouillé, et aucun hangar, auvent, simple cabane à moitié détruite qui permettrait de s’ asseoir. Donc, je marche.

Vraiment une bonne idée ce parapluie : très efficace au moins pour le haut, et c’ est agréable

d’ entendre ces averses violentes sur la toile… et rester au sec.

Cette ballade est charmante sous la pluie. Cela doit être aussi bien sans la pluie.sans doute.

Me voilà arrivé à Marans. Oui, mais pas du bon côté. Il me faut contourner pour partie la ville,

3 Km en fait. Cela commence à tirer, d’ autant plus qu’ il n’ y a aucun panneau. Pour vérifier ma trajectoire, j’ en arrive à arrêter une voiture à un croisement. Je suis bien sur la bonne route ? Oui, je remercie avec gratitude, car je commençais à m’ inquiéter.

Je n’ ai pas encore pu me reposer et la route commence à me paraître longuette. Cela n’ en finit pas et j’ ai à nouveau des doutes sur mon chemin. Mais je vois enfin, au loin, la toiture surélevée et caractéristique de l’ ancienne gare, près de laquelle j’ ai placé mon scooter.

Le bonheur, l’ émerveillement aura été de vérifier la distance parcourue : 12,5 Km en 3 heures !

Donc plus de 4 Km / h y compris les (petits) arrêts.

 

C. R. 27 1 / 4

 

 

 

 

 

 

Alors que je rentre en empruntant le même cheminement, sur mon scooter, un jogger, comme on dit en bon Français arrive vers moi. Je crois que la piste est interdite aux véhicules à moteur, en tout cas je ne veux pas que l’ on puisse m’ adresser un reproche ; je ralentis puis je me range sur le bas côté, en freinant pour finir de m’ arrêter. La roue avant se bloque et glisse sur l’herbe humide. Je me pète la g…., ou, si on préfère je suis projeté au sol : pas vite, pas violemment, encore que, mais très lourdement sur le côté droit, cela me coupe la respiration et en plus, ma jambe droite est coincée sous le scooter. Pour mémoire, je rappelle que la bête pèse 150 Kg. C‘ est suffisant pour vous maintenir au sol, avec fermeté.

La roue tourne, je ne peux même pas éteindre le moteur.

Après avoir repris mon souffle, par petites secousses j’ arrive à atteindre la clé et arrêter le moteur. C ‘ est déjà mieux, et je me rejette en arrière pour reprendre ma respiration. Je le trouve très long à me rejoindre mon jogger. Le voilà enfin, il redresse le scooter et me voilà libéré.

Remerciement, émotion, je vérifie que je n’ ai rien de cassé, c’ est le cas ; je redémarre le scooter, le moteur repart au 1 / 4 de tour, brave petite bête va ! C ‘ est le verre à moitié vide ou à moitié plein, aujourd’hui, je suis en état de grâce, il me semble presque rempli. Bol, bol, j’ ai quand même beaucoup de chance.

Je remonte sur mon engin pour repartir à petite vitesse, j’ ai tellement hâte de vérifier le kilométrage.

Je suis vraiment heureux ! Plus de 4 Km / Heure ! Didier tu es trop fort !

Tout émerveillé je retourne à Marans , le petit port est charmant, et la vieille ville plaisante. Je suis à la recherche de l’ Office de Tourisme, et me rend à l’ Hôtel de Ville. Belle bâtisse ancienne, et rénovation intérieure de qualité. La préposée me renseigne : ce n’ est pas ici mais dehors à droite.

J ‘ insiste, car on me donne si souvent des renseignements fantaisistes : à droite ? Oui, à côté d’ un coiffeur.

Dehors à droite, il n’ y a rien, et avant de chercher plus avant, je regarde à gauche, et tout au fond à gauche, il y a un coiffeur. Je m’ y rend d’ un pas assuré. Effectivement il jouxte l’ Office de Tourisme.

A droite, hein ? Heureusement que c’ est anodin.

Ne jamais confier sa vie sur un renseignement, même si la personne est du coin.

A l’ inverse la personne de l’ Office me renseigne avec autorité et en peu de mots. Enhardi par ma prouesse de ce jour j’ envisage pour demain une étape de 20 - 25 Km. Réponse immédiate : St Michel en l’ Herm : 25 Km. D‘ ailleurs me dit-elle, il n’ y a rien d’ autre, c ‘ est la seule solution. Parfait, c’ est pour moi.

De ce pas je vais placer mon scooter à l’ arrivée.

Bonne journée. Ce soir, je vais m’ offrir un resto. Cuisine quelconque mais bonne présentation et bon service. Je me déleste de 30 € pour pas grand-chose. Il fallait que je marque ce jour. D’ accord mais pour cette somme, à la campagne, j’ aurai aimé trouver beaucoup mieux !

Je veux rester sur ma joie et je m’interdis tout regret.

Et maintenant dodo, car la route sera longue demain.

 

 

 

 

C. R. 27 2 / 4

 

 

 

 

 

 

 

Chant : gouttelette de pluie.

Gouttes, gouttelettes de pluie

Chansons z'enfantines Publié le 26-08-2015 - Mis à jour le 17-11-2016

 

 

 

 

C. R. 27 4 / 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article