Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
la pointe St Mathieu à pied

la pointe St Mathieu à pied

Voyage à pied réflexion pédestre carnet de route méditation la vie difficultés souvenirs plaisir

Carnet de Route N° 12

D. R. Le 02- 07- 2016

CARNET DE ROUTE

N° 12

Aujourd’ hui, le canal est le même pourtant, mais je suis frappé par son immobilité, c’ est toujours le même vert, mais c’ est comme une laque. Pas une ride, un mouvement, on a même l’ impression d’ épaisseur, de solidité.

Mon itinéraire a été assez ccccccccompliqué. Je voulais faire mes 15 km maintenant habituels, et plein de problèmes dès le levé, si bien qu ‘ en cours de route je modifie ma trajectoire.

Je vais rebrousser chemin. Après avoir manger, coup de génie. Et si je faisais du bateau stop ?

Dans un sens, ou dans l’ autre, au fond.

Cela me semble une bonne idée, et je la fais mienne illico !

Pendant que je mangeais, les sonneries et le bruit des vérins n’ ont pas arrêtés. C ‘ est d’ ailleurs cela qui a du me donner mon idée.

Je me place, et j’ attends. Comme je ne suis pas très patient, rapidement, je décide de rentrer à pied.

En fait, j’ ai eu raison, sur les 2 h du retour, pas une péniche, ni dans un sens ni dans l’ autre.

Sur le chemin, je remarque un scarabée sur le dos. Il y a des fourmis qui vont et viennent. Je veux le remettre sur ses jambes et me rends compte qu’ il n’ a plus d’ abdomen, qu’ il lui manque ses élytres

il n’ a plus que 4 pattes.

Il est foutu. Les minuscules fourmis le bouffent par l’ intérieur.

Je le redresse, mais il retombe sur le dos. J ‘ hésite et je me décide à le tuer. Oui mais comment ? Je ne veux pas l’ écraser. Alors j’ ai pris un morceau de bois adéquat , il s’ en est saisi entre ses cornes, et là, il m’ a semblé que je pouvais l’ écraser. Plus de souffrance pour lui, voilà, il est mort.

Plus loin, un homme, un peu hostile, je suis en hauteur par rapport à lui, ou est-ce aussi que j’ ai une vue plongeante sur son jardin ? On choisit ce que l’ on veut… Son jardin est tondu, il lui reste 3 petits tas de foin, il a devant lui une brouette remplie d’ un autre tas de foin. Il s’ avance vers le fossé, donc vers moi, pour vider sa brouette.

« Monsieur, vous faites une erreur, il s’arrête, vous voyez, là vous avez 3 petits tas de foin, vous devriez en faire 4, et les mettre bien dans l’ alignement ?

Énorme éclat de rire. Il me souhaite une bonne marche.

C.R. 12 1 / 2

De retour au scoot, un vieux sur son fauteuil électrique veut parler. Je lui donne la réplique ;

« Mais il est très chouette votre engin » , il est en effet caréné avec du plastique couleur prune. Je lui fais observer qu’ en plus ils ont mis une petite calandre, entre les 2 minuscules leds et un morceau de tube en acier galvanisé : vous avez même un pare-choc, vous avez vu ? Il me corrige

« un pare-buffle m’ a dit mon petit fils ».

Il a de l’ humour le papy .

Il me conseille pour mon scooter, le laisser ici plutôt que le ramener à Toulouse.

Je suis son conseil.

A la halte nautique, je descends la bête, et arrive en même temps, un cycliste, style routard,

65 ans, maigre, pas de dentier, il en aurait pourtant besoin, cheveux blanc- sale, attachés en queue de cheval, matériel hétéroclite, fixé un peu n’ importe comment.

Il veut parler lui aussi : André, c’ est un marcheur, il y a 5 ans il a fait 4 800 Km en 6 mois. Le vélo c’ est la première fois et ce n’ est pas trop son truc.

Comme moi, il a beaucoup de problèmes médicaux. Comme moi il s’ est guéri par la marche.

Tu veux une bière ? J ‘ accepte, on bavarde encore. Je fouille dans ma poche pour lui rembourser sa bière au double si ce n’est au triple .

Aïe ! Erreur, je l’ ai vexé. Je me confonds en excuses.

Retour à Toulouse pour faire les papiers.

C. R. 12 2/ 2

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article